skip to Main Content
232 avenue du Prado - 13008 Marseille - 04 88 60 52 14

QU’EST-CE QUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L’ADOLESCENT ?

Qu’est-ce qu’une scoliose idiopathique ?

Une scoliose est une déformation de la colonne vertébrale dans les 3 plans de l’espace. Elle peut toucher les différents étages de la colonne vertébrale (thoracique, lombaire, et parfois cervical).

 

Quelle est la fréquence des scolioses idiopathiques chez l’adolescent ?

Environ 4% des adolescents ont une scoliose. Les filles sont plus atteintes que les garçons.

 

Quand parle-t-on de scoliose « idiopathique » ?

On parle de scoliose « idiopathique » lorsqu’aucune cause n’a été retrouvée (malformation de vertèbres, maladie neurologique ou affection du système musculo-squelettique). La scoliose idiopathique constitue la grande majorité des scolioses de l’adolescent. Elle survient sur un terrain génétique favorable, et est plus fréquente chez les personnes hyperlaxes.

 

Comment dépister une scoliose idiopathique ?

Une scoliose peut facilement être dépistée en faisant pencher votre enfant en avant. Si une bosse apparait, ou s’il existe une asymétrie de la colonne vertébrale, mieux vaut consulter votre médecin ou votre pédiatre pour qu’il examine votre enfant et lui fasse faire une radiographie. Il est recommandé de surveiller le dos des enfants 1 à 2 fois par an, en particulier s’il y a des antécédents de scoliose dans la famille.

 

Le cartable a-t-il un rôle dans l’apparition d’une scoliose ?

Non, le cartable n’a aucun rôle dans l’apparition ou l’aggravation d’une scoliose.

TRAITEMENT

Une scoliose idiopathique vient d’être découverte chez votre enfant, que faire ?

Il faut consulter rapidement (dans le mois qui suit le diagnostic) pour confirmer la scoliose, apprécier sa sévérité et discuter du traitement le plus adapté. 

 

Quels traitements peuvent être proposés pour empêcher la scoliose d’évoluer ?

Toutes les scolioses sont différentes. Certaines ne vont pas évoluer, et ne nécessitent donc pas de traitement mais un simple suivi. D’autres scolioses risquent au contraire d’évoluer et d’être gênantes à l’âge adulte ; c’est quand une scoliose évolue que le médecin propose un traitement par corset. Le but du corset est donc de stopper l’évolution de la scoliose.

 

A quoi ressemble un corset et combien de temps faut-il le porter ?

Un corset est mis en place si la scoliose évolue. Son objectif est de stopper l’évolution de la déformation. Il est en plastique et est confectionné sur mesure par un orthoprothésiste. Le temps de port (la nuit seulement, ou toute la journée) dépend de la sévérité de la scoliose et sera indiqué par le médecin. Le type de corset dépend surtout des habitudes de l’équipe, tous les corsets étant équivalents en termes d’efficacité et pris en charge à 100% par la sécurité sociale. Nous utilisons à l’IMED le corset CTM (Cheneau-Toulouse-Munster) qui est largement utilisé en France. Le suivi se fait en général tous les 3-4 mois et permet de s’assurer que le corset est efficace et bien toléré. Le corset est en général renouvelé tous les ans. Le traitement peut être arrêté à la fin de la puberté.

 

Faut-il faire de la kinésithérapie quand on est atteint de scoliose idiopathique ?

La kinésithérapie est souvent proposée dans la prise en charge de la scoliose. Le kinésithérapeute tente d’assouplir la colonne vertébrale, et de réduire la scoliose par des postures et des exercices corrigeant la déformation. Dans les scolioses peu évoluées, elle pourrait permettre d’améliorer la déformation. Cependant, elle est insuffisante pour stopper l’évolution des scolioses plus sévères et n’empêche pas le recours au corset si celui-ci doit être mis en place.

 

Peut-on faire du sport quand on est atteint de scoliose ?

Il a longtemps été dit que les sports asymétriques comme les sports de raquette ou des sports à contraintes axiales comme l’équitation et la course à pied pouvaient favoriser l’apparition ou l’aggravation des scolioses. Il est maintenant couramment admis et prouvé que le sport n’est pas pourvoyeur de scolioses et ne les aggrave pas. Aucun sport ne semble être pire ou meilleur qu’un autre.

quis lectus nunc risus ipsum leo. ipsum Donec commodo felis vulputate, neque. Back To Top